11L'ambiance entre les recrues ne serait pas si mauvaise, si y'avait pas ces suce-boules de parisiens. Ils sont tellement lèche-culs, qu'ils arrivent à échapper à toutes les corvées, ces putes! On tue le temps entre belote et branlettes . Pour s'astiquer le manche, on dispose de quelques vieux numéros de Paris-Hollywood. ça me fait toujours marrer d'y voir ces photos de pépées, dont les foufes sont censurées par une espèce de floutage couleur chair. ça a le même aspect que l'auréole des saints sur les images pieuses. Finalement, dans les deux cas c'est pareil: Derrière le flou, il y'a le mystère de la vie, le sacré, le tabou. Sauf qu'on se branle pas sur une image pieuse. "Putain! Éjacule pas sur mon Paris-Hollywood". Qu'il me dit le parigot, en me voyant sortir des chiottes avec. "Les bougnouls en raffolent en Algérie! Il parait qu'ils les rachètent à prix d'or là bas! Faut pas faire de tâches!"Le fric et le cul. Y'a que ça qui fait tourner le monde. Le reste n'est que branlage de mouche. Je m'en fous, moi quand je me branle, je pense surtout à Marie-Louise que j'ai laissé à Alençon...       VERSION_AUDIO_9