14 mai 2010

15 mars 1956

af4J'ai pas fermé l'oeil de la nuit. Ma boule à zéro me gratte et puis y'a ces putains de merles! Ceux-là, derniers couchés et premiers levés avant l'aube. Leurs pas qui bondissent sur le toit en taule, font penser à des balles de tennis qui rebondissent. ça me fait penser aux filles Demestre. Les filles du célèbre avocat. Avant guerre, il était le propriétaire du domaine de Champfrèles. Il avait un cours de tennis privé où ses filles jouaient l'été. À chaque échange, leurs petites jupettes se soulevaient et laissaient entrevoir leurs petites culottes. Avec les gamins du village, on les matait planqués derrière la haie. On se branlait comme des malades dès qu'on voyait leurs rondeurs. Celui qui envoyait la purée le premier payait son coup. Bien des conneries d'ados ça! Après leur match, en guise de fleurs, ces demoiselles découvraient au détour de la haie, des graminées et des mures cristallisées en une étrange gélatine blanchâtre...                        7h00: On fait la connaissance de nos supérieurs. Pas de surprise pour moi. ça fait plus de dix ans que j'ai pas porté l'uniforme, mais la glorieuse armée française fait toujours peine à voir. La grande muette reste un concentré de connerie humaine sans commune mesure. C'est tellement concentré qu'à la moindre embrouille ça pète: Juin 40, un panzer dans les Ardennes: BOUM! Mars 54: Camping dans un trou en Indo: BOUM! Et j'en passe... En attendant le prochain Waterloo, nos pouilles paradent comme des paons qui ignorent qu'ils vont bientôt passer à la rôtissoire. Parmi cette faune kaki, le plus beau: L'adjudant Clouseau. Avec ses petits gants blancs, et son air hautain, il fait très aristo. Pourtant il n'a qu'un CAP de menuisier. Cela n'empêche pas ce quasi illettré de traiter d'abrutis des deuxième classe beaucoup plus calés que lui! Mais bon il a sa barrette, donc il se la pète!  Le sergent Reichmann: Il est tout petit, il est laid avec ses grosses lunettes. En plus son papa était soldat dans la Wermacht. Donc pour se faire respecter, il se croit obligé de gueuler plus fort que les autres. Il y'en a bien d'autres. Mais la cerise sur le gâteau, c'est bien le lieutenant Malborgne, un rouquin barbu. Au début je croyait que c'était un acteur. Je me disais, c'est pas possible. On tourne un film. Doit y'avoir une caméra dans le coin. Mais non, il joue pas! Ce type s'est engagé à seize ans. Depuis tout ce temps passé dans les casernes, même ses neurones doivent être kakis. Il se présente, commence son discours très calmement, puis ça monte en intensité. Au bout de dix minutes, il est déchaîné! C'est Hitler! Il va bientôt s'embraser! Il éructe: -Si on fait rien, les bougnouls et les rouges vont venir chez nous!!!... Puis il me regarde, droit dans les yeux! Il me fixe du doigt!  -Si ils viennent, ils vont violer ta femme, ta soeur, ta mère, et même ta grand mère!!! J'en peut plus. J'éclate de rire. Il réplique en me foutant un pain dans la gueule. Mitard...                                                                                                        VERSION_AUDIO_5

Posté par pagesperdues à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 15 mars 1956

Nouveau commentaire