13 mai 2010

20 mars 1956

af4Au bout de trois jours de zonzon, je te retrouve enfin cher journal. Tout ce temps sans te confier les conversations des cafards de ma cellule. Leurs petites pattes sur le ciment, émettent des petits cliquetis qui font penser à du morse. Sûr que les rouges et les félagas les ont retourné! Ils envoient des messages vers Moscou! Ils nous espionnent! Rien que de penser à l'idée que le KGB reçoit les comptes rendus de mes branlettes dans ma cellule, ça me fait frémir! J'en parlerais bien au lieutenant Malborgne, mais mon coquard me fait encore mal...    VERSION_AUDIO6

Posté par pagesperdues à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 20 mars 1956

Nouveau commentaire